post

A la découverte du Kilimandjaro

Pour découvrir le Kilimandjaro on n’a pas besoin d’être expert en escalade ou en trail. Partir à l’aventure en Afrique de l’Est et découvrir cet immense massif est idéal pour les passionnés d’aventure. Le Kilimandjaro est le huitième plus haut sommet du monde. Son ascension nécessite 5 à 8 jours.

Les préparations

Les préparations se déroulent des mois à l’avance parce qu’il faut travailler ses poumons auparavant. Ce périple peut s’identifier à un véritable marathon. Toutefois, chacun a son propre rythme et ses capacités. Par ailleurs, il est conseillé de bien s’hydrater. Après des jours de marche, les provisions en eau peuvent diminuer d’où l’importance d’emporter des pilules d’iode ou des comprimés de nuun.

Les informations et les astuces à savoir

Lors de l’ascension du Kilimandjaro, l’essentiel est de bien connaître son corps. En effet, il ne s’agit pas d’une course, mais d’une exploration. Si on se fait dépasser par des personnes âgées on les laisse passer. L’acclimatation et l’altitude peuvent être difficiles. En cas d’étourdissement, il faut toujours se réhydrater. La calotte glaciaire au sommet requiert également des équipements adéquats : chauffe-mains, vêtements hermétiques, lunettes de soleil, etc.

Les différents chemins possibles

Afin de découvrir le Kilimandjaro de manière « touristique », il est recommandé de choisir le circuit de Marangu. Celui-ci part depuis une altitude de 1600 mètres. Ce sentier traverse une forêt humide et s’avère être assez facile. Pour les plus courageux, la route Mweka leur propose le plus court chemin mais le plus dangereux. Une seule crête sur ce parcours fait 22 km. Plus difficile encore, la route Umbwe implique une acclimatation des plus difficiles et présente des pentes raides.

post

Comment s’amuser avec un frisbee ?

Le premier frisbee a vu le jour dans les années 40. Depuis tout ce temps, ce loisir a pu amuser aussi bien les petits que les grands. Les parties peuvent même durer des heures, tant c’est amusant. Une journée bien ensoleillée et c’est parti pour un maximum d’amusement avec cet accessoire.

Jouer aux cibles

Ce type de jeu requiert de l’adresse : le frisbee doit être lancé sur des cibles. Ces derniers sont des cercles tracés sur le sol avec de la craie. Afin de s’amuser encore plus, les dessins circulaires sont nombreux (comme pour la cible de fléchettes) et chaque cercle correspond à un point. Chaque zone sera dessinée avec une couleur distincte. Le frisbee est lancé depuis un endroit précis à distance. Chaque joueur lance plusieurs fois afin de gagner le plus de points.

Quid de l’ultimate frisbee ?

L’ultimate frisbee met en avant à la fois stratégie et habilité. Ce jeu se joue en équipe. Avant de jouer, il faut délimiter le terrain. Les joueurs se font des passes jusqu’à attraper le frisbee dans « l’en-but » de l’équipe adverse. Deux premières zones sont réservées aux deux équipes, la zone de derrière dénommée l’en-but doit être protégée et c’est là qu’il faut marquer. Le frisbee ne doit être tenu pendant plus de 5 secondes. Les déplacements ainsi que les passes de main à main sont interdits. A chaque fois que le frisbee sort du terrain, il revient à l’équipe adverse.

Le frisbee prisonnier

Le frisbee prisonnier se joue dans un terrain divisé en trois zones. Les lanceurs se tiennent dans les deux zones latérales. Les receveurs sont dans la zone centrale et doivent éviter d’être touchés par le frisbee lancé. Pour marquer, il faut arriver à toucher tous les lanceurs adverses tout en faisant des passes. Le receveur touché deviendra alors prisonnier. Afin de s’en sortir, il faut toucher un des lanceurs en trois essais. Le frisbee tombé dans la case des prisonniers peut être récupéré par ces derniers.